Le 8 Mai 2020 célébré à Berlin

Par : Joël-François Dumont — Berlin, le 8 mai 2020  

Le 8 Mai 2020 célébré à Berlin

En raison des obligations de confinement décrétées le 16 mars 2020, les cérémonies du 8 mai 2020 marquant la capitulation de l’Allemagne nazie ont été célébrées, sans public, en France mais aussi à l’étranger par nos ambassades.

Ce matin, l’Ambassadrice de France en Allemagne, Madame Anne-Marie Descôtes, et le général Nicolas Richoux, Attaché de défense à Berlin, ont déposé une gerbe devant le monument aux morts érigé à la mémoire des Français morts pour la liberté de Berlin. Ils étaient entourés exclusivement du Consul général, Monsieur Thierry Zarrella, et des membres de la mission militaire et des douanes françaises.

A leurs côtés, sans clairon ni détachement, en raison des mesures de sécurité sanitaire en vigueur, le colonel Patrick Freiherr von Pfetten-Arnbach a également déposé une gerbe, au nom du général Andreas Henne, gouverneur militaire de Berlin, qui est toujours présent aux côtés de la délégation française lors de la célébration des 8 mai et du 11 novembre, en présence des attachés militaires en poste à Berlin.

Ce monument est situé devant l’ancien Quartier Napoléon qui a servi de QG aux Forces Françaises de Berlin (FFB) après-guerre jusqu’au départ des troupes françaises stationnées à Berlin, le 3 octobre 1990. A l’intérieur de la Caserne, les Allemands ont laissé les noms des rues et des mess (Mess Officier « De Lattre de Tassigny » et Mess Sous-officier « Sergent Brocard ») donnés par les autorités françaises de Berlin, à l’intérieur du quartier, comme la ville les a conservés à l’extérieur.

On doit ce « monument français » à l’initiative du colonel Bertrand-Louis Pflimlin. La caserne a été restituée aux autorités militaires allemandes après la réunification le 26 mars 1994. Le Quartier Napoléon a alors été renommé « Julius Leber Kaserne » du nom de l’homme politique allemand, né à Biesheim en Alsace, Résistant, qui sera exécuté à Plötzensee le 5 janvier 1945 avec les conjurés contre Hitler. La Julius Leber Kaserne est aujourd’hui le QG de la Bundeswehr à Berlin et le siège du gouverneur militaire.

Le 8 mai, jour férié à Berlin

Pour la première fois, les autorités de Berlin ont accordé un jour férié à la population pour célébrer la défaite du nazisme.

 

Depuis plus de 50 ans, l’Union des Français de l’étranger dépose une gerbe chaque année les 8 mai et le 11 novembre en l’honneur de nos morts pour Berlin.

En ce 8 mai 2020, le président, Xavier Doucet, entouré des membres du conseil d‘administration de l’UFE Berlin, a été rejoint par notre ancien président, Ronan Le Gleut, Sénateur des Français de l’étranger, par un représentant du lycée Voltaire et le représentant de l’AASSDN à Berlin.

Avant de déposer cette gerbe, le président de l'UFE Berlin, Xavier Doucet, et le sénateur Ronan Le Gleut, ont chacun rappelé la signification de cette célébration. Puis Xavier Doucet a lu le texte de l'Union française des Associations de combattants & victimes de guerre (UFAC).

« La France célèbre aujourd'hui le 75ème anniversaire de la Victoire du 8 Mai 1945 qui mettait fin, sur notre continent, à la Seconde Guerre mondiale »

« Le 8 Mai 1945, l'Allemagne hitlérienne capitulait sans condition ; c'était la victoire totale mais aussi l'heure des tristes bilans et des terribles statistiques. Près de 50 millions de victimes militaires et civiles ; 10 millions avaient péri dans les camps d'extermination et de concentration dont l'horreur en était révélée au monde.

Le 8 Mai 1945, à Berlin, le commandant en chef de la Première Armée française, le général d'Armée Jean de Lattre de Tassigny, représentant la France, signait, avec les représentants des pays alliés - Angleterre, États-Unis, Union Soviétique - l'acte solennel de reddition inconditionnelle de l'Armée allemande hitlérienne.

Pour le général Jean de Lattre de Tassigny, cette victoire du 8 mai 1945 marquait pour la France, le terme de ses souffrances, le retour de son prestige, le triomphe de son idéal. Occupée, meurtrie, pillée, la France avait vu les meilleurs de ses fils emprisonnés, torturés et abattus.

La victoire dissipait son cauchemar

Par l'héroïsme de son Armée victorieuse aux côtés de ses Alliés, la France prouvait au monde qu'elle n'avait rien perdu de sa grandeur. La victoire la retrouvait fidèle à ses traditions séculaires pour la sauvegarde de la liberté et de la dignité humaines.

C'était également le triomphe de la Résistance et des Forces Française Libres avec la Deuxième Division blindée du général Philippe Leclerc. Elles avaient libéré Paris puis accompli le serment de Koufra du 2 mars 1941 en faisant flotter le drapeau français sur la cathédrale de Strasbourg avant de terminer leur épopée guerrière à Berchtesgaden.

En ce 75e anniversaire, honorons la mémoire de tous nos morts : soldats, aviateurs, marins, résistants, déportés, fusillés, massacrés, prisonniers, pour leur courage, leur esprit de sacrifice, leur sens du devoir et de leur engagement.

En ce jour de recueillement, l'Union Française des Associations de Combattants et de Victimes de Guerre (UFAC) tient à rappeler le bel hommage que leur rendit le général de Gaulle lorsqu'il prononça, en évoquant leur sacrifice, cette épitaphe : « En rendant le dernier soupir, vous avez dit "Vive la France" !

Dormez en paix, la France vivra, parce que vous avez su mourir pour Elle. »

Vive la République !

Vive la France !»

Liens utiles :

Seule l'histoire permet de comprendre le présent et de préparer l'avenir in European-Security, par le général Nicolas Richoux, Berlin le 11 novembre 2018.

UFAC

UFE Berlin