Requiem pour Diên Biên Phù

Par Jack Coudert  (†) — Reims, le 8 juin 2015.

Requiem pour Diên Biên Phù

L’auteur est né à Reims en 1932. Pilote de Dakota, il a participé de bout en bout à la bataille de Diên Biên Phù, totalisant 130 missions au profit de la garnison assiégée. L’appui logistique du transport aérien fut primordial, effectué dans des conditions qu’aucune autre aviation de transport n’avait supportées jusque-là. Son récit, avec les témoignages de quelques-uns de ses camarades, les conditions dans lesquelles les équipages de transport vécurent ces évènements tragiques auxquels ils furent associés. Jack Coudert était Commandeur de la Légion d’Honneur, médaillé militaire à titre exceptionnel, titulaire de la Croix de guerre TOE et de la Valeur militaire.

Le 8 juin 2015, au monument aux morts de Reims, Jack Coudert, porte drapeau de l'ANTAM, a rendu un hommage particulier, compris par ses amis comme un testament d'aviateur, à ses compagnons d'armes tombés en Indochine ou qui ont été faits prisonniers dans des conditions telles que sur 11.000, 3290 seulement reviendront en métropole, « squelettiques et atteints de toutes les maladies tropicales, dans un climat d'indifférence, voire d'hostilité, suite aux campagnes menées par le parti communiste et la CGT

Requiem pour Diên Biên Phù

Ton ombre est parmi nous aujourd'hui

    ... sortie des profondeurs de la Nam Ou, la rivière des souvenirs.

   Tu hantes toujours mon esprit

..Je me souviens de TOI, de tes gouailles et de tes rires.

C'était il y a longtemps, de nombreuses et longues décennies

Mais tu as toujours 20 ans, car TOI ... tu n'as pas vieilli.

Tes frères aussi sont là, tes compagnons d'infortune

Fantômes hallucinés, d'une effroyable tragédie

Ils ont erré, hagards....sur les chemins de l'infamie.

Des réminiscences se succèdent dans ta tête,

... toujours aussi présentes.

Rappelles-toi mon frère, souviens-toi

Tu es là  ... dans l'immensité d'une vallée lointaine,

Tu es là  ... face à ton destin.

Une armée populaire s'apprête au sacrifice,

l'Occident a relevé le défi

sevaleureux guerriers iront boire au calice.

D'un cantonnement précaire, aux éminences disséminées

Ont surgi des fortins, ultimes remparts de la liberté.

Sentinelles vigilantes, muses guerrières du temps d'antan

Vous épiez le silence, dans l'angoissante attente de l'affrontement.

Derrière les collines se couche un astre de sang,  Serait-ce un présage ?

Mais déjà,  l'ombre du crépuscule s'étend, ...discret et pudique voilage.

Figé, le crapaud-buffle s'est tu  ...saisi d 'un inquiétant pressentiment.

Annonciateurs de cataclysme, ....des éclairs zèbrent le ciel,

accentuant dans une dantesque vision ...la déchirure céleste.

Des montagnes d'une arène tragique s'étirent des langues de feu,

Empourprant la vallée de la Nam-Ou  dans un effroyable grondement.

Dans l'enfer de la nuit,

les obus tombent, explosent, dans un ronflement titanesque.

Souviens-toi mon frère, c'était Diên Biên Phù


Carte des positions françaises à Diên Biên Phù -- Mark Pellegrini.

Esseulée, ensevelie, agonisante, BÉATRICE la légionnaire s'éteint

dévorée par la fourmilière vietminh ...c'est l'Hallali

Sa consoeur GABRIELLE l'algérienne

surnommée par le vietminh  DOC-LAP la solitaire ...est écrasée

Tétanisée par l'artillerie des 105, blessée à mort,

elle est submerfgée par des petits hommes verts

...à 8 heures, elle rend le dernier soupir.

ANNE MARIE la Thaï s'époumone, son cœur s'affole sous la mitraille

Débordée et désorganisée  par les assauts de l'ennemi

A l'aube du jour qui s'annonce ...la  rage au ventre, elle rend les armes.

Sur les DOMINIQUE, ...le spectacle est terrifiant.

A l'est, les sommets près de la position sont écrasés par des obus maléfiques.

...les pitons sont noyés ...sous une avalanche de fer et de feu.

Les valeureux parachutistes sont annihilés.

Aux aurores, DOMINIQUE crie son agonie

 Souviens-toi, c'était Diên Biên Phù

À la périphérie du camp

HUGUETTE, ÉLIANE, CLAUDINE, ISABELLE

...sont harcelées de toutes  parts.

Retranchés, les assiégés se défendent admirablement

...en gravissant les marches de l'Histoire.

Sous le nombre, iÎs succombent dans l'holocauste.

Souvenez-vous, c'était Diên Biên Phù

L'égérie  du camp retranché, un certain commandant au calot amarante

mène furieusement et fièrement ses hommes au combat.

Héros meurtris, fatigués, mais au cœur vaillant et à l'âme indomptable

Hommes Preux, chevaliers de la liberté, ...vous avez bien mérité de la Patrie.

Priez pour Diên Biên Phù

Guerre sciemment occultée, souvent décriée, en partie rayée des mémoires

...c 'est le présent.

Peuple de France... fais ton méa Culpa

Souviens-toi et prie pour Diên Biên Phù

Il faudra attendre 39 ans pour qu'un monument rappelle - enfin - le sacrifice de militaires français abandonnés à leur sort si loin de leur mère-patrie... Merci à ceux qui en cette occasion, comme Bernard  Gaudineau ou Pierre Cornu, ont souhaité évoquer le courage de ces hommes en rappelant l'hommage que leur a rendu Jack Coudert dans son livre « La dernière Luciole : les Dakota parachutent à Diên Biên Phù », dont voici un extrait :

« Une pensée au vieil adj.Chef...D...N comme dit son fils.....»
 
Plan de situation de Diên Biên Phù (20 novembre 1953 - 7 mai 1954) -- Carte de BrunoLC
Dans la carlingue du Dakota faiblement éclairée, les deux langueurs, près de la porte ouverte, ...guettent le signal.
Le vent frais de la nuit refroidit et fouette leurs visages.
Le vacarme assourdissant de la dépression occasionnée par la porte ouverte... couvre le bruit des moteurs.
Déjà deux heures que le Dakota Zoulou Delta orbite et largue ses lucioles au-dessus du camp retranché de Diên Biên Phu.
Il est 4 heures du matin, ...nous sommes à l'aube du vendredi 7 mai 1954.
La garnison encerclée livre son dernier combat ...reçoit ses dernières munitions... ses derniers vivres.

Les Dakota et les Packet parachutent sans relâche, ...et réussissent encore à placer leurs colis dans une zone de largage, réduite à sa plus simple expression.
La bataille fait rage au sol... les derniers îlots de résistance subissent d'incessants matraquages d'artillerie, suivis par les vagues hurlantes de bo-doï qui déferlent sur les positions.
Les assiégés épuisent leurs dernières munitions, et trouvent encore l'énergie de lancer des contre-attaques …à la lueur des bombes éclairantes.
La garnison agonise... mais résiste, attendant comme une délivrance le lever du jour.
Le Dakota approche à nouveau de la verticale... quelques secondes...
...........GO

 Le navigateur réagit instantanément à l'ordre et actionne le signal... La lumière passe du rouge au vert dans le cargo. D'une poussée vigoureuse, les deux langueurs ...éjectent la luciole.
Le gros cylindre chargé de magnésium descend quelques instants en chute libre, puis son parachute s'ouvre... une lueur illumine soudainement le ciel.
La luciole effectue sa lente descente éclairant de sa lumière vive la zone des combats.
Quelques avions surpris à basse altitude s'éparpillent dans le noir afin de se soustraire aux tirs ennemis qui redoublent d'intensité. 
Depuis le début de la nuit... une dizaine de Dakota en mission luciole se relaient assurant sans discontinuer l'éclairage du champ de bataille. La cadence du largage et le nombre de bombes larguées dépendent de la demande du sol . Une luciole éclaire pendant 2 minutes environ en éclairage continu... cela fait 30 bombes à l'heure.
Les Dakota YD et YA du Franche-Comté ont assuré le début de nuit relayés par le ZB... puis le ZQ et le ZD.
Mentionnons 5 Dakota des autres groupes de transport qui eux aussi sont présents sur les lieux.
                                             
Cérémonie du 50e anniversaire sur la BA d'Orléans -- Photo © Jean-Pierre Simon.
La plus longue nuit de la garnison de Diên Biên Phu.  
L'ultime nuit des combats... s'achève.
Le jour va bientôt se lever.
Le Dakota Zoulou Delta se représente à la verticale pour larguer sa dernière luciole.
 
Jack Coudert (13 avril 2008).
Jack Coudert était sergent pilote sur Douglas C-47 au GT 2/62 « Franche-Comté », stationné sur la base aérienne d'Hanoï-Bach Maï d'où il a effectué 131 missions sur Diên Biên Phù Il s'est éteint le 28 janvier 2016. Pour Bernard Gaudineau, ce requiem est son testament d'aviateur adressé à tous ses frères d'armes sans oublier les équipages Koening, Dartigues et Guiraud.

 

Rate this article: 
Average: 4 (4 votes)