La SPA 124 « Jeanne d’Arc » a célébré son centenaire

Source : Armée de l'Air ─ Paris, le 29 juin 2018.

Créée le 4 avril 1918 sur l’aérodrome de la Noblette, dans le département de la Marne, l’escadrille « Jeanne d’Arc » est issue de la N124 « La Fayette » qui a été scindée en une entité américaine, la 103rd Aero Squadron, et une entité française, la SPA 124. 


Photo de famille avec le CNE Jacques Derivière avec son épouse Émilienne

En mai de la même année, l’escadrille effectuera 209 sorties et abattra quatre Drachen (ballons) et douze avions. La SPA 124 s’est aussi illustrée durant l’offensive ennemie sur le Chemin des Dames mais aussi lors des combats pour la défense de la ville de Reims. Le lieutenant André d’Humières, premier commandant de l’escadrille jusqu’en août 1918, proposa le buste de Sainte Jeanne d’Arc comme emblème. L’escadrille comptera pas moins de 26 victoires homologuées au moment de sa dissolution en février 1919.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la SPA 124 prit part à la bataille de France à bord du Morane-Saulnier MS 406 et du Bloch MB 152. Dissoute en 1940, elle réapparaît à Dakar-Ouakam en Dewoitine D 520 avant d’être dissoute à nouveau. Elle est réanimée à la fin de la guerre et vole sur Bell P-39 Airacobra avant de passer, une fois la guerre terminée, sur Bell P-63C Kingcobra, avion avec lequel elle prendra part aux combats de la guerre d’Indochine. 

En 1950, le groupe de chasse 1/5 « Vendée » dont fait partie la SPA 124, déménage sur la BA 115. L’heure est aux avions à réactions qui se succèdent au sein de l’escadrille. Après la dissolution de 2007, la SPA 124 rejoint les rangs de l’escadron de chasse 2/5 « Île-de-France ». 

 Aujourd’hui, la SPA 124 contribue à la formation de tous les pilotes de l’Armée de l’air sur Mirage. Elle poursuit ses missions dans le cadre de la posture permanente de sûreté aérienne en assurant la permanence opérationnelle depuis la BA 115, tout en s’illustrant dans les opérations extérieures comme Barkhane.

Pourquoi « Jeanne d’Arc » ? 

Elle est appelée « Jeanne d’Arc » car la SPA 124 se distingue lors de l’offensive ennemie et dans le combat pour la défense de Reims en 1918. Ce nom n’est pas un hasard puisque Jeanne d’Arc, à son époque, a combattu en Champagne pour la libération du royaume de France. Tout un symbole car le buste de la « Jeanne » casquée se retrouvera sur la bande blanche oblique des avions.

Rate this article: 
Average: 4 (1 vote)