Le CPA 10 : Une unité d’élite composée de soldats hors du commun

Allocution du Général d’armée aérienne André Lanata, CEMAA, lors de la prise de commandement du CPA 10. BA 123 Orléans – Bricy, le 23 mai 2018.

Avant de quitter prochainement ses fonctions de chef d’état-major de l’armée de l’Air pour devenir à Norfolk le nouveau commandant allié Transformation de l’OTAN ─ succédant ainsi aux anciens CEMAA français, les généraux Stéphane Abrial, Jean-Paul Paloméros et Denis Mercier ─ le général d’armée aérienne André Lanata a tenu à se rendre à Orléans-Bricy pour rendre un hommage appuyé aux commandos parachutistes de l’air (CPA 10).

Commandos du groupe Action du CPA 10 -- Photo © Armée de !'Air.

Le CPA 10 est une des trois unités d’élite des Forces Spéciales de l'armée de l'Air, « composée de soldats hors du commun », rattachée au Commandement des Opérations Spéciales, le COS. C’est la seule unité de l’armée de l’Air qui soit spécialisée dans les sauts à ouverture à très haute altitude. « L’armée de l’air apporte aux forces spéciales un tout cohérent reposant sur trois unités de forces spéciales complémentaires :  le commando parachutiste de l’air N°10, l’escadron d’hélicoptères Pyrénées, l’escadron de transport Poitou. Ainsi les forces spéciales air exploitent les atouts de la troisième dimension grâce à un large spectre de capacités spécifiques : la dépose discrète de personnel sous voile, l’évaluation de terrain de poser sommaire, le marquage spécifique de piste, le poser d’assaut sous JVN, l’interface air-sol pour l’appui feu et le renseignement ainsi que l’indispensable possibilité d’action dans la profondeur, que renforce la capacité de ravitaillement en vol de nos hélicoptères

 

Présents sur tous les théâtres d'opérations, les commandos du CPA 10 sont des spécialistes reconnus : « fusiliers commandos, pilotes, mécaniciens, contrôleurs, experts du renseignement, des systèmes d’information, du ciblage, des armements, des liaisons de données tactiques, du contrôle

Ils sont déployés dans les opérations de contre-terrorisme : comme tireurs d’élite, pour le guidage laser avant un bombardement sur un objectif, comme l’était l’adjudant « Denzel » auquel le général Lanata a rendu hommage ; la sécurisation des terrains d’atterrissage, la libération d’otages, l’évacuation de ressortissants, la capture de HVT (High Value Target), la neutralisation, le sabotage ou la reprise de zones aéroportuaires. Joël-François Dumont.


Commandos du CPA 10 à bord d'un Caracal de l'EH 1/67 Pyrénées

Allocution du GA André Lanata, CEMAA, lors de la prise de commandement du CPA 10. BA 123 Orléans - Bricy, le 23 mai 2018.

Mesdames et Messieurs les élus, Messieurs les officiers généraux, Mon colonel,

Mesdames, messieurs, en vos grades et qualités respectives,

Il y a quelques mois, le CPA10 intervenait sur alerte – par les airs - en protection de notre ambassade et de l’état-major des forces armées au Burkina Faso face à des terroristes déterminés à mourir pour faire le plus de victimes possibles …

Combien de fois votre action décisive a-t-elle permis de sauver nos ressortissants ou à la coalition d’éviter le pire ?

Combien de fois avez-vous exposé votre vie jusqu’au corps à corps avec vos ennemis ? Les yeux dans les yeux !

Combien de fois, au cœur de la nuit, la précision des informations transmises par un groupe action du 10, infiltré en profondeur en territoire ennemi, a permis à nos avions de chasse de conduire des frappes décisives ?


Une discrétion, une humilité, à la hauteur des enjeux des missions qui vous sont confiées...

Peu de gens le savent, car votre discrétion, je dirai même votre humilité, sont à la hauteur des enjeux des missions qui vous sont confiées.

C’est pourquoi je suis très heureux d’être au milieu de vous aujourd’hui pour venir vous témoigner la reconnaissance de l’armée de l’air et plus généralement celle de la France. Pour vous dire également ma fierté de compter dans les rangs de l’armée de l’air des hommes comme vous.

Vous et vos nombreux faits d’armes, font l’admiration de nos soldats, marins et aviateurs, et plus largement de tous les Français. C’est pourquoi j’ai tenu à venir en personne « accrocher » à votre drapeau une nouvelle Croix de la Valeur Militaire, qui illustre et honore, votre engagement collectif. Elle témoigne du feu délivré et du sang versé pour la France.

Peu d’unités dans l’armée de l’air peuvent se prévaloir d’un tel palmarès. Peu d’unités arborent fièrement une telle fourragère!

Je tiens à remercier les élus qui nous font l’honneur de leur présence. Nous sommes très sensibles à ces signes d’attention, car nous y voyons votre attachement aux hommes et aux femmes de la défense, à l’armée de l’air et à la base aérienne 123 en particulier.

Je suis également sensible à la présence des représentants d’associations d’anciens et aux porte-drapeaux que j’entrevois toujours aussi fidèles à nos côtés, dans les moments difficiles autant que dans les moments plus joyeux comme aujourd’hui. Je les salue.

Je tiens également à remercier tous les représentants de la grande famille des combattants fusiliers, des commandos et des forces spéciales, ainsi que tous les amis de l’armée de l’air, de partager cet instant solennel sur la base d’Orléans.

Le CPA 10 constitue au sein de l’armée de l'Air une unité d’élite. Vous êtes les héritiers de la longue tradition des fusiliers commandos de l’armée de l’air, vous descendez en droite ligne des 601ème et 602ème groupes d’infanterie de l’air. J’ai plaisir à souligner à cet égard un fait historique : l’armée de l’Air, fidèle à son esprit innovateur et de pionnier, a ouvert la voie, sous l’impulsion du capitaine Frédéric Geille, dès 1937, au mode d’action parachutiste dans les armées françaises. Dès les origines, vous étiez des fantassins bien particuliers. La troisième dimension est présente dans vos gènes !

Ce sens de l’innovation et cette capacité d’adaptation au combat se manifeste très tôt. Dès les opérations en Algérie, face à la rébellion, le CPA 10 met en place l’aéromobilité et l’intégration air-sol, des modes d’action révolutionnaires à l’époque, fulgurants, et dont la pertinence et l’efficacité n’ont cessé de se confirmer depuis.

 
Commando du CPA 10 parachuté lors d'un exercice 

Cet héritage vous permet aujourd’hui d’être projetés instantanément au cœur des sanctuaires djihadistes, là où se joue la sécurité des Français. Irrigués par ce sens inné, portés par le regard différent de celui qui voit nos opérations depuis le ciel, vous n’avez eu de cesse, depuis les origines, de développer ce savoir-faire jusqu’au largage très haute altitude, sous oxygène, vous permettant de maîtriser une capacité de pénétration, rare et unanimement reconnue. Au combat vous savez intégrer la puissance de l’arme aérienne qui délivre par exemple des frappes déterminantes ou qui permet l’atterrissage sur des terrains improbables de nos avions de transport. 

La nuit silencieuse vous appartient. Avec le recours à la troisième dimension, il n’est plus de sanctuaire pour l’ennemi, chez qui vous semez la peur, autant que votre force suscite la confiance dans nos rangs.


« La nuit silencieuse vous appartient » : Stagiaires Belouga affectés dans les groupes « Action »

En vérité, vous formez une unité d’élite, et je tenais à vous le dire. Vos faits d’armes, que nous reconnaissons aujourd’hui, le démontrent. Il en faut du cran pour continuer à progresser malgré les impacts de balles qui touchent les protections balistiques.


Tireur d'élite du CPA 10 avec son armement

L’état de vos équipements témoigne souvent de la violence des combats. Comme en novembre 2011, lors d’un combat dans la vallée de Tagab, dans lequel vous parvenez à protéger par un feu nourri l’évacuation de blessés. Ou encore ce jour de janvier 2013 où vous réussissez à reprendre de vive force aux djihadistes le pont de Gao.


EC-725 Caracal de l'EH 1:67 Pyrénées de Cazaux en Afghanistan

Une unité d’élite composée de soldats hors du commun. Il faut dire que l’on n’entre pas au CPA10 par hasard: la résistance physique bien sûr, mais avant tout le courage et la force de caractère peuvent seuls conduire au succès d’un parcours parsemé d’épreuves, de moments de doute, de blessures parfois. Il faut alors repousser sans cesse ses propres limites dans un combat personnel de longue haleine, toujours au sein et avec l’appui du groupe sans lequel l’individu n’est rien. Seul cet effort au plus profond de soi peut permettre d’ouvrir à quelques- uns les portes d’une unité prestigieuse et celle des opérations spéciales.

Rapidement arrive alors l’adrénaline des premières missions. Que de chemin parcouru depuis l’escadron de protection, et toutes ces patrouilles de jour comme de nuit sur nos bases aériennes !

 

Vous qui êtes devant moi aujourd’hui, vous avez su « Faire Face » pour reprendre la devise du capitaine Guynemer. Vous avez franchi une à une toutes les étapes. Vous voici régulièrement jetés au cœur de la fournaise des grandes crises internationales, pour agir là où la France a besoin de « faire autrement » depuis l’ex-Yougoslavie, au Rwanda, en RDC, au Tchad, en République de Centre-Afrique, en Côte d’Ivoire, au Liban, jusqu’en Afghanistan, en Mauritanie, au Mali, et en Irak.


Atterrissage d'urgence d'un Casa du Poitou pour une évacuation de ressortissants européens

Vous avez définitivement basculé dans un autre monde, celui où le verbe est rare, et le geste précis. Celui de la nuit aussi : la pénombre de vos opérations et celle de leur discrétion.


Évacuation de ressortissants européens par des commandos du CPA 10 dans un Casa du Poitou 

Un monde où la sérénité de la force n’a pas besoin de s’affirmer pour inspirer le respect. Un monde où les échelles de temps et d’espace sont différentes.

Un monde de rigueur et de profonde humilité, car chacun dans le groupe sait que l’erreur se paye cash. Tous ont en tête ce qu’il en coûte de prendre des risques inconsidérés ou de faire preuve d’orgueil.

Un monde de fraternité d’armes.

Un monde de fraternité de sang malheureusement aussi.


Tombe de l'adjudant Thomas Dupuy "Denzel", mort pour la France, fleurie par l'AASSDN

Car en effet votre prestigieuse unité paie un lourd tribut à nos opérations. Nous avons tous aujourd’hui une pensée émue pour Denzel, Giro, Parker, Bryan… ainsi que tant d’autres, partis trop tôt. Ils sont allés au bout de leur engagement, faisant preuve d’un magnifique courage !

 
Hommage rendu par les anciens de l'AASSDN à l'adjudant Tomas Dupuy "Denzel"

Nous ne les oublierons pas… leur sacrifice pour un idéal qui nous dépasse tous, servir pour la France, aller au bout de son engagement, tel est bien le sens de la stèle que nous avons inaugurée le 10 novembre dernier en l’honneur des combattants du 10, morts en service. [1] [2]

Je pense aussi à nos camarades blessés au combat, Gaspard, Ralph, David, Cooper, et bien d’autres…

Atteints dans leurs chairs ou déstabilisés par la dureté des engagements, ils poursuivent le combat, un autre combat au fond de leur être.

J’ai un très grand plaisir à voir deux d’entre eux au milieu de nous ici. Lorsque j’avais été leur rendre visite à l’hôpital en octobre 2016, j’avais été frappé par leur courage admirable, leur volonté intacte, leur capacité à regarder l’avenir avec confiance et toujours avec un seul objectif : rejoindre son groupe pour repartir en opérations. Le soutien exemplaire de leurs familles m’avait également profondément ému. Je dois vous dire que j’ai beaucoup d’admiration à la fois pour le courage dont vous faites preuve et la force et la solidarité du groupe, une relation fusionnelle.

En définitive, je crois que cette citation du général de Gaulle illustre bien ce que vous êtes  « La difficulté attire l’homme de caractère, car c’est en l’étreignant qu’il se réalise lui-même. » Excellence du personnel, perfection du geste, et in fine le succès et la victoire sur le terrain !


Présentation d'un C-130 du Poitou (61e Escadre de Transport) 

En vérité je vous envie car je sais les satisfactions que l’on tire de tant d’efforts, de défis et d’épreuves surmontées. Vous m’avez ouvert vos portes lorsqu’en mai 2016 j’ai vu une bande de furieux, en réalité un de vos groupes action, faire irruption dans mon bureau à Balard pour m’extraire afin de me montrer ce que vous saviez faire. Je n’ai pas été déçu !

--
Caracal du Pyrénées à l'entraînement avec le CPA 10

Évacué en Caracal, récupéré par un Transall du Poitou, je me suis vite retrouvé à 3000 mètres d’altitude en chute libre avant une séance de tir mémorable, puis une extraction par un Caracal en grappe avant de poursuivre la nuit avec le Poitou. J’ai pu mesurer votre maitrise technique et la force de la cohésion du groupe.

Lors du débriefing chaleureux au coin du bar de l’unité à trois heures du matin, j’ai été touché par la force humaine qui tire sa puissance de la fraternité d’armes. Un moment simple où les barrières hiérarchiques cèdent devant l’expérience.

Un moment fort qui venait couronner une nuit animée et je sais de quoi je parle pour avoir également vécu pas mal de nuits mouvementées au cours de ma carrière !

Derrière ces résultats hors normes, je n’ignore pas non plus ce qu’endurent vos proches. Vos familles qui subissent les absences, les départs sans préavis, mais aussi les moments de doute. Aussi j’ai une pensée très forte pour cette base arrière indispensable, sans laquelle rien ne serait possible. Celle à qui le soldat doit son équilibre moral, celle dans laquelle il puise sa force.

Derrière ces résultats, il y a également le rôle du chef. Le commandement d’une unité d’élite exige des qualités hors du commun.

(Se tournant vers le commandant d’unité descendant:)

Mon colonel, vous vous êtes notamment distingué dans vos fonctions de chef opérations d’une task force au Sahel. Sous votre mandat des résultats remarquables ont été obtenus grâce à une parfaite coordination des appuis aériens dont l’action s’est ainsi révélée déterminante.

Si ces succès sont bien le travail de toute une équipe, je pense par exemple à l’intégrateur de la manœuvre aérienne, c’est bien vous qui avez mené vos hommes au feu et avez assuré la cohérence de ce système de combat remarquable qu’est le CPA 10. Vous pouvez être fiers de cette belle performance collective! Je vous dis merci.

(Se tournant vers le commandant d’unité montant:)

Mon colonel, vous voilà à la tête d’une unité de combat exceptionnelle, servie par des aviateurs tout aussi exceptionnels. Vous avez toute ma confiance pour être au rendez-vous des missions qui vous seront confiées. Prenez soin de vos hommes, ils sont la vraie richesse de ce redoutable système de combat.

Votre unité, aussi prestigieuse soit-elle, n’est pas seule. Elle peut compter sur le soutien de toutes les forces spéciales au sein de laquelle son action s’insère. Celles-ci ont développé au fil des ans des savoir-faire uniques permettant une intégration toujours plus profonde, plus précise, plus efficace de la troisième dimension dans les opérations spéciales. [3]


L'A-400M affecté au Poitou modifie notre vision du déploiement stratégique [4]

Le milieu aérien, parce qu’il offre un rapport au temps et à la géographie fondamentalement différent des autres milieux, est indispensable aux opérations spéciales. En apportant l’agilité, la réactivité et la fulgurance à la manœuvre, il permet de sidérer l’adversaire, de prendre l’initiative du combat et d’assurer ainsi le succès de missions périlleuses.

L’armée de l’air apporte aux forces spéciales un tout cohérent reposant sur trois unités de forces spéciales complémentaires :  le commando parachutiste de l’air N°10, l’escadron d’hélicoptères Pyrénées, l’escadron de transport Poitou. Ainsi les forces spéciales air exploitent les atouts de la  troisième  dimension  grâce  à  un  large  spectre  de  capacités spécifiques : la dépose discrète de personnel sous voile, l’évaluation de terrain de poser sommaire, le marquage spécifique de piste, le poser d’assaut sous JVN, l’interface air-sol pour l’appui feu et le renseignement ainsi que l’indispensable possibilité d’action dans la profondeur, que renforce la capacité de ravitaillement en vol de nos hélicoptères.


Ravitaillement en vol de nuit d'un Caracal du Pyrénées par un C-130 du Poitou

Les capacités de ces FSA sont par ailleurs renforcées de façon déterminante par le système de combat aérien dans son ensemble. Les avions de combat, les drones de très longue endurance et de façon générale les avions de surveillance, les moyens de ravitaillement en vol, les transmissions longue distance, les puissants outils de commandement et de contrôle apportent en effet des effets décisifs aux opérations spéciales. Je pourrais également mentionner :

- le 25e Régiment du génie de l’air,

- le Groupement aérien d’appui aux opérations,

- l’escadre aérienne de commandement et de conduite projetable

- le commando parachutiste de l’air 30

- le centre air de saut en vol et

- la section intervention NRBC,

… sur l’expertise desquels les forces spéciales peuvent également s’appuyer. Formant ainsi un tout cohérent, l’ensemble du système de combat aérien est indispensable aux opérations spéciales.

Nous le constatons quotidiennement au Sahel et au Levant.

C’est la raison pour laquelle nous nous sommes organisés au sein de l’armée de l’air afin de renforcer ces liens évidents et d’en tirer le meilleur parti. Dans ce système de combat, la base aérienne, je dirais même le réseau de nos bases aériennes occupe une place centrale. En leur sein, tous contribuent à la mission, et tous sont essentiels à la mission : les commandos du CPA 10 bien sûr, mais aussi l’ensemble des fusiliers commandos également, pilote, mécanicien, contrôleur, experts du renseignement, des systèmes d’information, du ciblage, des armements, des liaisons de données tactiques, du contrôle tactique  avancé  des  aéronefs,  experts  des  explosifs,  logisticiens  ou  maitres-chiens,  sans oublier l’ensemble du personnel du soutien qu’il n’est pas possible de dissocier des capacités opérationnelles de nos bases.


Projet de Système de Combat aérien du futur (SCAF) : Vision du CEMAA. Source : Armée de l'Air.  [5]

Si je vous dis ceci, c’est pour souligner deux points :

- l’indispensable cohérence d’ensemble de ce système que l’évolution de nos organisations ne doit pas fragiliser en diluant à l’excès les responsabilités par exemple ;

- Pour vous dire également que nous pouvons être fiers de notre belle armée de l’air dans son ensemble, en permanence au rendez-vous des opérations au service de la France.

Ce savoir-faire et ces qualités exceptionnelles ont une nouvelle fois été démontrés de façon éclatante, je n’ai pas peur de le dire, récemment lors des frappes réalisées dans la nuit du 13 au 14 avril en Syrie, aux côtés de nos alliés américains et britanniques.  [6]

Un mot sur cette remarquable mission, si vous le voulez bien, car je ne suis pas certain que tous aient bien conscience du niveau de performance requis et des enjeux qui se sont joués cette nuit-là.

Cette mission de dix heures de vol, de nuit, dans une zone hostile a permis de neutraliser avec une précision remarquable plusieurs cibles et d’atteindre les effets politiques recherchés. Il s’agissait en réalité d’une opération d’une complexité exceptionnelle :

  • par sa sensibilité politique, et la précision des effets recherchés ;
  • l’exigence d’une parfaite coordination des moyens ;

dans une fenêtre de quelques minutes seulement pour un plan de frappe incluant des navires qui délivraient leurs armements à 1000 km de leur objectif ;

  • le tout dans un cadre international, face à une défense très dense, de nuit et à 3500km de nos bases de départ…

J’ajoute que son exécution a été placée sous la responsabilité de la France. C’est en effet un AWACS de l’armée de l’air, avec à son bord le «mission commander», et notre centre de commandement à Lyon qui ont eu la responsabilité de la coordination tactique.

C’est dire la confiance dans notre niveau opérationnel dont nos partenaires nous témoignent.  Au bilan une belle démonstration de force et de puissance. J’y vois la signature d’une armée de l’Air de tout premier rang.

L’ensemble de ces missions confèrent une très forte crédibilité opérationnelle aux aviateurs qui font preuve d’une remarquable générosité, alliée à un formidable niveau technique et opérationnel.


Florence Parly rend hommage aux aviateurs qui retournent d'une mission qui fera date

Cette reconnaissante éclatante de nos savoir-faire et leur mise à profit permanente a également un prix. Il faut reconnaitre que sur le long terme cet engagement intense et durable use les hommes et les femmes, comme les équipements.

Aussi je me réjouis du projet de LPM actuellement à l’étude au Parlement, car il a vocation à nous redonner les moyens de restaurer la soutenabilité de nos engagements opérationnels, tout en accélérant la modernisation de nos équipements. Réparer et préparer. Réparer les lacunes du passé sans hypothéquer la préparation du futur. [7]

Cette perspective ouvre en effet la voie à une remontée en puissance et non à celle d’une nouvelle déflation. Il y a là une différence fondamentale qui nécessite un changement d’état d’esprit, un nouveau souffle, une nouvelle philosophie.

Pour cette raison, pour marquer ce changement de phase, j’ai décidé de lancer un nouveau plan stratégique d’évolution de l’armée de l'Air. Je ne vais pas ici vous décrire les détails de ce plan. Ma priorité aujourd’hui, ce sont les hommes et les femmes de l’armée de l'Air, parce que je suis convaincu qu’ils en sont le véritable enjeu. Un enjeu capital pour nos capacités !

Non seulement parce que nos ressources humaines ressortent affaiblies de ces années de déflation mais aussi parce que le cœur de nos évolutions est avant tout de nature humaine. C’est pourquoi j’ai l’habitude de dire que les aviateurs sont à la fois le cœur et le moteur de ce nouveau plan stratégique qui accompagnera la remontée en puissance de notre outil de défense.

Ici à Orléans cette démarche s’incarne de façon concrète et je voudrais en féliciter les acteurs. Je pense par exemple à l’écosystème d’innovation que vous mettez en place par l’incubateur de startups LAB’O. Grâce au projet LORIAS que nous avons lancé à l’automne, les forces spéciales vont se nourrir des creusets d’innovation que nous mettons en place sur plusieurs de nos bases aériennes. Car demain elles devront encore davantage faire preuve d’adaptabilité, de connectivité et d’autonomie. Fidèles à cet esprit d’innovation, vous vous préparez déjà à relever ces défis pour toujours garder une longueur d’avance, pour aller chercher cette seconde d’avance sur l’adversaire, celle qui au combat fera la différence !

Officiers, sous-officiers et militaires du rang du CPA 10, je suis venu vous remercier de votre action remarquable et du formidable exemple que vous donnez !


Attribution de la croix de la valeur militaire à des commandos du CPA 10 par le CEMAA

Vos faits d’armes sont largement reconnus, comme en témoignent encore les décorations de ce jour. Le plus haut niveau de l’Etat est conscient de votre formidable niveau opérationnel. Il connaît aussi vos sacrifices. Mes homologues étrangers, pour leur part, me font part régulièrement de leur admiration.


Attribution de la croix de la valeur militaire à des commandos du CPA 10 par le CEMAA

L’intervention du 15 janvier 2016 à Ouagadougou a notamment marqué les esprits, alors que, sous un feu nourri, vous avez libéré une cinquantaine d’otages de différents pays, sauvant autant de vies. Quelle belle illustration de l’audace française ! Vous avez ainsi démontré que, toujours prêts, l’arme aux pieds, les commandos de l’air savent se distinguer dans des situations de crises majeures, déjouant ce jour-là un véritable massacre.

Les opérations, comme je le dis souvent, constituent le seul exercice de vérité pour nos armées : vérité sur la qualité de nos équipements, vérité sur la qualité de notre entrainement, vérité sur la valeur de nos soldats. Vous démontrez à cet égard chaque jour la valeur de l’armée de l’air et je tiens à vous en remercier !

Les forces spéciales de l’armée de l’Air détiennent des savoir-faire uniques. Atypiques, performantes elles sont toujours prêtes à l’action dans les conditions les plus difficiles et régulièrement en « entrée de porte ». Facteur de puissance, elles placent haut les couleurs de l’armée de l'Air et de la France.

En cela vous êtes bien les dignes héritiers de figures historiques, telles que le capitaine Meyer, le colonel Geille ou le général de Maricourt dont la devise était « jamais à la botte, toujours botte à botte ».

Vous, qui êtes animés par l’esprit de vos anciens, je sais pouvoir compter sur votre engagement sans faille.

Vous faites honneur à l’armée de l’Air, vous suscitez l’admiration des Français !

French CPA 10 (You Tube) : Vidéo de Mili_Picts [8]

 [1Honneur à l'Adjudant Thomas Dupuy (2014-11-05) « Dans le cadre d'une mission de neutralisation d'éléments terroristes lancée dans la nuit du 28 au 29 octobre 2014 dans le massif du Tigharghar dans le Nord du Mali, le sergent-chef Thomas Dupuy a trouvé la mort lors des combats. Spécialiste reconnu dans des domaines aussi variés que l’appui aérien, les transmissions opérationnelles et le saut à ouverture très grande hauteur, il était un élément incontournable de son groupe, un camarade apprécié de tous.» : Extrait de l’éloge funèbre de l’adjudant Thomas Dupuy par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.

 [2] Hommage au sergent-chef Alexis Guarato du CPA10 (2015-12-03) « Le sergent-chef Guarato rejoint aujourd’hui l’adjudant Thomas Dupuy et le caporal-chef Sébastien Planelles dans la mémoire du CPA 10 d’Orléans et des forces spéciales Air. Que leurs exemples vivent à travers vous, dans l’éclat de vos engagements. Si chaque perte est un drame, je souhaite que devant le sacrifice du sergent-chef Guarato, au recueillement se mêle la fierté d’avoir perdu un camarade mort pour la France, et toujours la détermination de mener ce combat à son terme.» Extrait de l’éloge funèbre du sergent-chef Alexis Guarato par Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense devant les personnels de la B.A.123 « Commandant Charles Paoli » le 3 décembre 2015.

L'A400M et le MRTT vont apporter une vision totalement différente de nos capacités de déploiement : Voir les propos du GA Denis Mercier, invité du « point de presse hebdomadaire du ministère de la Défense » du 20 février 2014.

 [3La puissance aérienne et les actions des forces spéciales "Air"  (2014-11-05) : « Pour mener ce combat, j’ai toute confiance dans nos forces spéciales. Dès le début de l’opération Serval, vous avez montré votre valeur, qui est unique lorsqu’il s’agit d’intervenir dans l’urgence, en souplesse et dans la profondeur contre un dispositif hostile ou complexe. Dans toutes les opérations récentes, les forces spéciales se sont imposées comme une capacité de premier plan, que le Président de la République a décidé de conforter. Je sais que le niveau d’efficacité auquel vous êtes parvenus est le fruit d’un immense travail. C’est aussi l’expression d’une abnégation sans faille. Je veux donc vous exprimer ma plus entière reconnaissance. Puisque nous sommes ici sur la base aérienne 123, je voudrais rappeler qu’il existe, entre la puissance aérienne et les actions des forces spéciales, un lien étroit qui vit notamment à travers vous, les commandos de l’air du CPA 10. Alors que nous célébrons cette année les vingt ans des forces spéciales « Air », je veux saluer en vous des aviateurs d’élite. Forts de ces valeurs d’aviateurs et de combattants, vous tous qui composez les forces spéciales « Air », commandos parachutistes de l’air du CPA 10, équipages de l’escadron de transport tactique « Poitou » ou de l’escadron d’hélicoptère « Pyrénées », vous avez toujours su faire face aux situations les plus périlleuses, souvent sous le feu ennemi. Au quotidien, vous portez au plus haut les valeurs de notre armée de l’Air.» Adresse aux militaires du rang et au personnel civil de la base 123 de Jean-Yves Le Drian, ministre français de la Défense.

 [4] L'A400M et le MRTT vont apporter une vision totalement différente de nos capacités de déploiement : Voir les propos du GA Denis Mercier, invité du « point de presse hebdomadaire du ministère de la Défense » du 20 février 2014.

 [5Présentation du projet de Loi de programmation militaire : Domaine aérospatial 2019-2025 : Vision du chef d’État-major de l’armée de l’Air.

 [6Frappes en Syrie : l’Armée de l’air « réactive, autonome et efficace » : (2018-04-18) L’Armée de l’air a démontré sa capacité à intégrer, commander et coordonner une opération interalliée (États-Unis, Royaume-Uni) et interarmées (Marine nationale) complexe sur une vaste zone à plusieurs milliers de kilomètres de la métropole. Sur la B.A.113 de Saint-Dizier, Florence Parly, ministre des Armées, a tenu à souligner « le professionnalisme, la rigueur, le courage des femmes et des hommes des armées françaises, qui ont contribué à la bonne exécution de cette opération d’une grande complexité

 [7Il nous faut restaurer la soutenabilité de nos engagements opérationnels  (2018-02-15) : Audition du général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, sur le projet de loi de programmation militaire devant la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée Nationale.

 [8Voir également « Les soldats de l’ombre », reportage en cinq volets diffusés dans le journal télévisé de 13h de France 2, du 17 au 21 février 2014.

Liens utiles :

Rate this article: 
Average: 2 (2 votes)