Mohamed ben Salman d'Arabie chez Macron

 Par Hedy Belhassine, Le 7 avril 2018. Source : HYB.

Au royaume des ténèbres d'Arabie, quelques lucioles se sont mise à briller. La monarchie saoudienne a changé. Depuis son accession au trône en janvier 2015, la dynastie des Salman s'emploie méthodiquement à détricoter les interdits qui enfermaient la population dans un carcan médiéval.
Pour avoir été l'un de ceux qui dénonçaient les abominations du Royaume, l'auteur de ces lignes doit reconnaître que les réformes engagées par le roi Salman et son fils ont allégé le fardeau de la vie quotidienne des Saoudiens. Mais dans le même temps, obtempérant au dictat des États-Unis et à contrecourant des opinions arabes, l'Arabie s'est engagée dans la voie périlleuse de la reconnaissance d'Israël.

Hier encore, l'Arabie Saoudite était une monarchie plurielle désunie composée de roitelets cupides et avachis. Le mode de succession favorisait l'intronisation de princes gâteux qui partageaient le pouvoir avec leur nombreuse fratrie et cousinade. La puissance de certains dépassait parfois celle du monarque. Ainsi, la lignée des Sultan et celle des Nayef qui depuis quarante ans s'étaient respectivement arrogés les fiefs du ministère de la défense et de l'intérieur, disposaient chacun d'un état dans l'état. Richissimes à milliards, ils possédaient leur propre service de renseignement et menaient dans le royaume et à l'étranger la politique de leur bon vouloir. Suivant leur exemple, des dizaines d'autres princes de sang et des centaines de petits marquis et roturiers fortunés s'étaient pris aux jeux d'influence des affaires du monde, mêlant business et politique. Pendant que l'un prenait sous son aile la Tunisie, l'autre s'intéressait à l'Éthiopie, celui-ci s'entichait de l'Érythrée, celui-là du Soudan ; enfin, les plus nombreux distribuaient sans discernement des valises de dollars à des groupuscules armés en Syrie, Afghanistan, Yémen, Mali, Somalie, Irak, Libye.... La communauté internationale s'accommodait d'autant mieux de cette pétaudière qu'elle en tirait les ficelles et de substantiels avantages. Ainsi, Bush jouait au golfe et picolait avec le Prince Bandar ; des personnalités françaises avaient elles aussi leurs favoris. Cette pluralité de l'offre saoudienne qui mêlait politique et affairisme permettait de faire monter les enchères sur les théâtres d'opérations et à la bourse des rétrocommissions.

La reprise en main du Royaume

En janvier 2015, Salman accédait au trône après avoir habilement écarté tous les prétendants. Très vite, il propulsait le plus jeune de ses fils Mohamed aux commandes de l'armée. Puis, bafouant les règles de la tradition, il parvenait dans la foulée à l'imposer comme Prince héritier. Un an plus tard, à l'autre bout du monde, Trump devenu Président soumettait les arabes à son dictat menaçant de disparition tous ceux qui n'appliqueraient pas sa feuille de route. À Riyad, en mai 2017, tous les chefs d’États et de gouvernements arabes lui prêtèrent allégeance avec un soupir de soulagement car ils se souvenaient combien ils avaient tremblé durant la courte saison des « printemps arabes ». Pour l'exemple, l'indiscipliné petit Qatar, supporter de l'équipe des frères musulmans, était soumis à un blocus humiliant. Mais sélectif dans l'indignation, Trump adoubait la poursuite de l'agression de la coalition conduite par l'Arabie depuis mars 2015 contre le Yémen où une partie de la population continuait de scander : « mort à l'Amérique, mort à Israël, maudits soient les juifs, victoire à l'islam ». Enfin, sur injonction de Trump, Riyad mettait de l'ordre dans le financement des mercenaires « terroristes » au Levant et entamait un processus de normalisation de ses relations avec Tel Aviv.

Big win-win deal

Le propos du Président : « sans les Etats-Unis le pétrole saoudien ne pourrait pas être exporté ni l'eau de mer dé-salée » avait été compris. Le culot a payé. La faim et la soif sont des arguments prégnants dans la mémoire séculaire des bédouins.

Le new big deal Trump-Salman est un win-win qui doit enrichir et consolider le pouvoir de chacun. Le pétrole sera nationalisé à bon compte par les Texans qui en échange vendront au prix fort une panoplie de protection et le rêve d'une Arabie clonée sur le modèle de Dubaï. À l'horizon 2030 des citées ultramodernes seront construites sur les bords de la mer Rouge à quelques encablures de l'Égypte et d'Israël. Ces phalanstères de prospérité et de tolérance marqueront la renaissance arabo-musulmane de la Péninsule et l’émergence d'une nouvelle société saoudienne débarrassée de ses lois moyenâgeuses... Utopique ou réaliste cette politique qui s'affiche en « Vision » porte par sa seule annonce le signe d'une réforme inouïe car elle prétend guider le destin des mortels sur la terre du Prophète, alors qu'il n'appartient qu'à Allah ! Indignés mais impuissants, les salafistes n'en finissent pas de marmonner dans leur barbe des fatwas vengeresses.

Réforme et répression pour tous

La femme saoudienne au volant est un symbole universellement salué. Mais des centaines d'autres mesures moins médiatisées ont été prises. Chaque journée apporte son lot d'agréables surprises. Voici le secrétaire général de la tristement célèbre Ligue Islamique qui déclare que le voile intégral n'est pas une obligation religieuse. Voici le Prince héritier qui à l'occasion d'une visite au Caire, reçoit le patriarche copte, puis à Londres s'entretient avec l'Evêque anglican, l'invite en Arabie sur ses terres où traditionnellement toute expression religieuse non musulmane était il y a encore quelques mois interdite et cruellement châtiée. À la jeunesse désœuvrée, les Salman offrent des distractions : des cinémas, des salles de concerts, des parcs d'attraction. Le tourisme intérieur et l'archéologique (ante-islamique) sont encouragés.

Revers de la médaille, cette politique de tolérance nouvelle exclut toute forme de revendication ou de dissidence. Les militants des droits de l’homme, les démocrates et les opposants politiques demeurent impitoyablement traqués discriminés et persécutés tout comme la minorité chiite (15% de la population) au prétexte de la lutte contre le terrorisme. La réforme et les libertés nouvelles ne résultent que de la magnanimité du roi qui réprime impitoyablement toute revendication de la plèbe, mais aussi de la bourgeoisie et de la noblesse.

La rançon des milliardaires

Dans la nuit du 4 novembre 2017 une incroyable opération commando procédait à la rafle de plusieurs centaines de personnalités parmi lesquelles des Princes de sang, des ministres et des multimilliardaires réputés intouchables. Bakounine en avait rêvé, Salman l'a fait !

Ce coup de force présenté par les agences de propagande du Royaume comme une purge salutaire destinée à faire rendre gorge aux corrompus, n'a trompé personne. Ce n'était pas l'abolition des privilèges mais le signal de leur subordination au bon vouloir de Salman qui seul désormais, dispose des prébendes. Six mois après le rapt, le secret n'a toujours pas été percé ni sur le nombre ni sur l'identité des kidnappeurs et des kidnappés du Ritz. Nul ne connait la liste des personnes interpellées, celle des torturés, des disparus... Les princes libérés contre rançon sont toujours assignés à résidence et empêchés de communiquer. L'omerta est totale. Conséquence : tous les acteurs de la vie économique et financière sont tétanisés et la peur des puissants étant contagieuse, elle a contaminé toute la société y compris les gagne-petits.

MBS chez May, Trump et Macron

Il y a un mois, Mohamed, fils de Salman (MBS) a entrepris une tournée de ses principaux alliés. À Londres, il a câliné les autorités en déposant un chèque à neuf zéro pour l'achat d'avions de chasse. À Washington, il a rencontré un Trump qui lui a renouvelé sa « grande amitié ». Au Texas et en Californie il a enchainé les amabilités, multiplié les commandes, et flagorné les lobbying sionistes. Pendant que des manifestations pacifiques était réprimées à Gaza – 27 morts, 2 000 blessés – le Prince héritier s'abstenant d'évoquer ces massacres déclarait : « les israéliens ont le droit d'avoir leur propre terre » ce qui en termes diplomatiques, vaut reconnaissance implicite. Ce langage inédit a enflammé les réseaux sociaux au point que le roi depuis Riyad, a jugé opportun de tempérer les propos de son fils.

Le Prince Ben Salman achèvera sa tournée de séduction par une escale à l'Elysée. Avec ou sans le Crif, Israël sera au menu d'un dîner. Accessoirement le Yémen impunément ensanglanté, la Syrie, le Liban, l'Afrique du nord...et bien évidemment l'Iran qui est une obsession partagée. On parlera aussi affaires. L'armement de la françarabie est en panne. Le Prince veut fermer définitivement la centrale d'achat ODAS que Paris s'obstine à considérer comme son office de vente. Pendant que sur le front des offensives saoudiennes au Yémen, les canons made in France français accumulent les coups au but, Paris ne songe nullement suivre l'exemple de l'Allemagne qui a suspendu ses ventes d'armements. D'autres dossiers commerciaux tout aussi stratégiques seront subsidiairement abordés comme ceux du nucléaire civil et du pétrole, mais seules les coopérations dans les domaines de la santé, de l'écologie et de la culture seront mises en avant. Car l'objectif de Mohamed Ben Salman à Paris est surtout de se voir décerner un brevet « honoris causa » de bonne conduite pour sa politique de modernisation de l'islam politique, d'émancipation des femmes, de lutte contre la corruption et le financement du terrorisme.... et d'afficher sur la scène internationale son image de futur roi saoudien israélo-compatible.

Hedy Belhassine

Rate this article: 
Aucun vote pour le moment